Laissez-nous vos commentaires

 

querida Haydée

ni el tiempo ni la distancia me hacen olvidar las mujeres "sufridas y valientes" como tu !!!
espero que podremos encontrarnos "en alguna parte, en algun lugar.." para seguir compartiendo esa porfia por la vida con justicia y verdad !!
mi saludo tambien para tus hijos, nietos y aquellos que nos recuerdan que "ninguna agonia nos hara morir" ...
hasta prontito, espero

Dina Silva - Rocha

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Bonsoir Roberto,
on ne se connait pas, mais je connais Marie-Annick depuis le lycée. Mon voyage au Chili, ce pays magique, m'a marqué à jamais... On garde dans nos coeurs un tendre sentiment pour les hommes justes et intègres et on honnit ceux qui ont posé sur leur tête les couronnes de l'indignité et de la barbarie.
NI OLVIDO NI PERDON !!!

Avec toi de tout coeur et bon courage...
Chems'

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
chers Haydee, Anne Marie, Roberto
 
nous pensons bien à vous dans ces moments d'intenses d'émotions
et nous avons suivi avec intérèt les différentes informations du site
 
nous vous embrassons
 
Michèle et Marie-Laure
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Merci beaucoup de me tenir au courant. Nous ne nous connaissons pas beaucoup, mais soyez certains tous les trois que je pense très fort à vous.Ce procès sera sûrement une épreuve, mais j'espère qu'il vous permettra de faire toute la lumière sur ce qui est arrivé à Etienne et de faire reconnaître vos droits de victimes.
Je vous embrasse

Catherine Vigneron

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


J’habitais dans la province, la Frontière au cœur d’Araucanie, à Temuco.
La mort et les naissances étaient quelque chose de naturel qui de temps en temps arrivait dans toutes les familles, comme ce jour où mon petit frère est né ou l’après midi quand ma grand-mère s’est endormie pour toujours – elle est partie au ciel, on me disait - pendant que je la regardais au pied de son lit, en silence, enveloppé par une forte odeur à pharmacie échouée.
Mais, un matin printanier et ensoleillé, ce qui au sud est une chose plutôt rare, la mort violente arriva comme un cri issu du plus profond silence…
Tout à coup, tout ce qui n’était explicitement autorisé tomba dans le domaine de l’interdit, c’était la dictature militaire
Quelques voisins saluèrent son arrivée en sablant le champagne de leur victoire et en ornant leurs maisons du drapeau national.
À la recherche de l’ennemi intérieur, les patrouilles militaires quadrillèrent les quartiers, les maisons tranquilles, où l’on ne savait rien encore de la mort violente ni de son macabre jeu de « cache cache » …
Bien des années plus tard, après des gouvernements de « transition » et de « concertation », trop de crimes restent impunis, trop de questions restent sans réponse, et ce n’est que grâce à la force et l’héritage des familles des détenus –disparus que ces questions restent toujours posées… Où sont-ils ?
À cette heure du procès en France des criminels chiliens – toujours absents – nous pensons à Etienne Pesle de Menil, nous pensons à sa famille franco-chilienne, que nous avons connu au Chili et en France, et nous voulons témoigner notre soutien et saluer leur courage, en pensant à un homme juste, Etienne Pesle de Menil, mû par l’amour de ses semblables, arrêté et disparu à Temuco, au cœur d’Araucanie.

Luis Pradenas et Compagnie Aleph

 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Estimada familia Pesle,
Reciban todo nuestro apoyo en estos momentos dolorosos y sin duda muy dificiles pero que esperaban desde hace tanto tiempo !
Nous sommes de tout cœur avec vous dans ces moments si éprouvants.
Au plaisir de vous connaître.
Sébastien (petit fils de Suzanne Lebel -cousine germaine de Etienne, et son épouse Iana (fille de Luis de Miguel qui a connu Etienne au Chili).

 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Courage à vous et gardons l'espoir que justice sera faite
Xtiane
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Chère Haydée, Roberto et Anne Marie
Nous penserons bien à vous demain. Avec toute notre affection.

Frédérique et Jean.
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Un saludo muy fraternal a la familia Pesle,
Este fallo es muy importante que se condene a los asesinos,a pesar que muchos han fallecido, que históricamente se condene,para dejar un precedente histórico a las generaciones futuras,que estos crímenes jamás deben ocurrir,
Un abrazo grande mucha fuerza, la lucha no a sido en vano,
verdad, justicia, memoria.

Ana Merino La Serena,presidenta AFDD

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Hola Robert y Familia, no tengo necesidad de decirte que tu combate es el mio y el de la humanidad entera. Hermanos de un mismo dolor y de la misma sed de justicia, no cesaremos jamas en la busqueda de la verdad, por nuestros hermanos, por nuestros hijos y por los que en todas las epocas han sufrido como nosotros.

Fraternalmente
Federico SUERO y Flia.

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
A toute la famille Pesle en général et à Roberto en particulier:
Nous sommes à vos côtés dans ce combat pour que la justice et la vérité éclatent enfin au grand jour !
NO HAY PERDON SIN JUSTICIA!
Estaremos a su lado durante esta nueva prueba de la vida con nuestro amor y nuestra fraternidad.

Cariño
Evelyne LEVY

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Les différentes Associations et les membres qui composent notre Collectif tiennent à exprimer toute leur solidarité aux familles des quatre citoyens français disparus au Chili et en Argentine.
Nous saluons leurs efforts tenaces, ainsi que le travail consacré à la recherche de la vérité et de la justice, et nous espérons que la résonance de ce procès fera avancer la lutte contre l'impunité au Chili.

Collectif de Soutien au Peuple Mapuche.
France, le 7 décembre 2010.
(voir le communiqué dans son intégralité dans la rubrique "Ils en parlent" )

 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Estimado Roberto, queremos manifestarte nuestro mas amistoso, nuestro mas familiar y fraternal apoyo en estos momentos tan importantes para ti y tu familia,
"el crimen no puede quedar impune, la hora de la justicia ha llegado".
Estamos con Uds.

Familia Suero Benet

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
Je vous souhaite beaucoup de courage pour le procès.
Bien à vous,

Denise
 
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Mon Cher Roberto

Avec beaucoup d'affection je serai avec toi au moins par la pensée dans ces moments où enfin tu vois le but que tu t'étais fixé être à portée de main.
Nous nous sommes connus grâce au Chili et à Marieta qui elle aussi avait perdu deux de ses proches dans des circonstances similaires.
Marieta n'est plus là comme tu le sais mais je suis sûr qu'elle se serait associée avec moi pour célébrer avec toi la victoire de la Vérité, de la Justice et aussi de l'Obstination résolue de ceux qui savent leur combat juste.
Et j'ai bien envie de te crier:
Liberté Egalité Fraternité, Justice

Bernard

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
BRAVO pour le site et la lutte menée par toute la famille. De tout coeur avec vous
pour cet évènement exceptionnel.

Dominique Pessotti

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


Merci pour cette persévérance à demander justice, pour vous et les vôtres, car vous le faites pour nous tous. Vous nous rappelez que nos droits sont des conquêtes fragiles et que la bête immonde est toujours prête à profiter de nos assoupissements.
Bon courage.

Patrick Rayou

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Gracias por la informacion
En lo que pueda ayudar desde aqui cuenten con ello.
Un abrazo para todos.

Herman

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


En avant toute !!!!

Francine
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Querida Anita y entrañable Haydee:
Les deseo que les vaya muy bien en el juicio, mas bien, estoy segura que les irá regio. Mucha fuerza...por ustedes , por nosotras y las otras, por todos los desaparecidos. Un abrazo grande con harto cariño.

Hasta prontito. FRESIA
•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


A LA FAMILIA PESLE
Todo mi apoyo moral en esta nueva prueba, esperando que JUSTICIA sea al fin rendida.
Fraternalmente

Sylvia PLAZA

 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


Pourquoi l’ont-ils tué et pourquoi ai-je, moi, échappé par hasard, ou par miracle ? Son crime et le mien fut de militer, lui dans le Parti Socialiste et moi dans le Mapu, deux partis de l’Unité Populaire qui appuyaient le gouvernement d’Allende, au lieu de tout faire pour distribuer l’économie pour en rendre responsable le gouvernement et tout liquider dans un bain de sang. Son crime a été, dans l’Institut d’Education Populaire de former un grand nombre de militants ouvriers chrétiens qui ont été l’élite de la classe ouvrière de Talca.

Guy Lebret Guillois

 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Salut Roberto
Je te souhaite bon courage pour cette nouvelle épreuve et j'espère que cela t'apportera ce que tu cherches.

Amitiés
R. Espinosa

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Hola,
Con todo el apoyo moral y humano que los acompane durante estos momentos donde se desea verdad y justicia.
Su perseverencia en rendir justicia sirve a todos los chilenos que sufrieron y a todos para conocer nuestra historia sangrienta para que nunca mas ocurra.
Pensamientos de amistad y fraternales les deseo?

Walter Gonzalez

 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

 

Témoignage de Guy De Vogue
29/10/1998

C’était sous Vichy, au collège d’Avon, là où se déroule le film de Louis Malle « Au revoir les Enfants », qui a ému le monde entier.
Tous ceux qui révèrent son directeur, le Père Jacques, connaissent cette photo souvent publiée, où il parle avec, à sa droite, Etienne Pesle

Je ne me souviens plus si nos camarades juifs étaient déjà arrivés.
Mais la question que posait leur venue était présente. Car il ne s’agissait pas de « cacher » des enfants juifs au nom des bons sentiments, il s’agissait de se solidariser avec eux et de combattre l’idéologie ambiante qui les persécutait. Et le père Jacques en débattait avec les grands élèves.

Parmi ceux-ci, Etienne Pesle se distinguait par son calme, sa maturité, son évidente droiture.
Signes distinctifs : la gaieté de son rire qui lui mangeait le visage, sa joie de vivre, son attention aux autres, particulièrement à nous, les plus jeunes.

Il n’était plus là lors de l’irruption de la Gestapo en janvier 1944. Il a certainement appris la mort du Père Jacques dès la fin de Mauthausen.
Mais il n’a rien su du sort de nos trois camarades et de notre professeur, gazés à Auschwitz le 6 février 1944. Car il avait fallu trente années pour que l’on commence à rechercher leur vrai nom afin de connaître leur sort. Et au moment où nous commencions cette longue enquête, lui, Etienne Pesle, disparaissait dans les prisons de Pinochet.

Depuis cette date, nous avons célébré de nombreuses fois le souvenir de nos camarades juifs et du Père Jacques, notamment à Notre Dame de Paris et lors de l’introduction de son procès en béatification.
Et je m’étonnais de l’absence d’Etienne Pesle, sans savoir qu’il eut fallu écrire son nom au côté de ceux que nous célébrions.

Je n’ai appris que hier sa disparition.
Ainsi, de nouveau, il aura fallu trente années pour que chacun sache qu’Etienne Pesle a rejoint le même combat, devant le même ennemi, pour un même destin.
Pour que chacun sache aussi que, près de trente ans après le procès de Nuremberg, le « Nacht und Nebel », l’immonde « nuit et brouillard » s’est abattu sur notre ami sans que mon pays ne hurle sa fureur.
De cela j’ai honte face à sa famille et à ses camarades du Chili.

Guy de Vogué